Pierre-Olivier Clouet

Le millésime 2010 par Pierre-Olivier Clouet, Directeur technique de Château Cheval Blanc

2010 est un millésime exceptionnel. Le temps historiquement sec et les nuits fraîches ont permis de récolter des raisins d’une maturité optimale qui offrent un vin d’un parfait équilibre conjuguant concentration et finesse. A maturité, dépassera-t-il en qualité l’illustre Cheval Blanc 1947 ?

CONDITIONS CLIMATIQUES EN 2010

TEMPERATURES ET PRECIPITATIONS

2010 est une année très sèche, en particulier pendant le cycle végétatif. L’hiver est frais et moyennement pluvieux. D’avril à septembre compris, tous les mois accusent un déficit pluviométrique, à l’exception du mois de juin, lorsque les précipitations sont légèrement supérieures aux valeurs normales. Les températures sont proches des valeurs normales trentenaires, mais inférieures aux moyennes constatées depuis une quinzaine d’années. 2010 peut donc être considéré comme une année sèche et relativement fraîche. Les conditions climatiques pendant les vendanges sont bonnes : fraîches (surtout la nuit) et sèches fin septembre puis un temps plus doux avec quelques averses pendant la première quinzaine d’octobre.

REGIME HYDRIQUE DE LA VIGNE

Pour se développer idéalement, la vigne a besoin de connaître un déficit hydrique progressif durant son cycle végétatif afin de permettre une concentration optimale des raisins. Le faible niveau de précipitations a engendré des contraintes hydriques significatives en 2010. Le bilan hydrique indique que 2010 est la deuxième année la plus sèche au 30 septembre depuis 50 ans ; seul 2005 fut encore plus sec. La vigne s’est bien comportée dans ces conditions et le stress hydrique a rarement été excessif, d’une part parce que la sécheresse s’est installée très progressivement, d’autre part parce que la demande évaporative a rarement été très élevée.

CYCLE DE LA VIGNE

Le débourrement a eu lieu le 8 avril pour le merlot et le 13 avril pour le cabernet franc, avec 10 jours de retard par rapport aux dates habituelles. Au moment de la floraison ce retard avait été en grande partie rattrapé. La véraison s’est déroulée au cours de la première semaine d’août, très proche des dates moyennes. Les premières parcelles de merlot ont été vendangées à partir du 20 septembre. Le cabernet franc a été récolté entre le 29 septembre et le 14 octobre. Pour vendanger chaque parcelle à sa maturité optimale, les vendanges ont été étalées sur 25 jours. Jamais les vendanges n’ont duré aussi longtemps à Cheval Blanc.
Le temps sec a généré une très faible pression des maladies cryptogamiques. La forte contrainte hydrique a ralenti la pousse des rameaux, condition indispensable à la réussite d’un grand millésime. Le poids des baies a été historiquement faible, proche de ceux de 2005. Ce faible poids des baies est un gage de concentration. Les raisins ont été vendangés avec un état sanitaire proche de la perfection. Le beau temps très stable pendant les vendanges a permis d’attendre la pleine maturité pour chaque parcelle. Les nuits fraîches de septembre ont permis de conserver la fraîcheur de l’expression aromatique.

Stades phénologiques en 2010 Merlot
en 2010
Moyenne 1994-2014 Cabernet franc
en 2010
Moyenne
1994-2014
Débourement 8 avril 28 mars 13 avril 2 avril
Floraison 1er juin 30 mai 5 juin 1er juin
Véraison 3 août 2 août 9 août 8 août
Début des vendanges 20 septembre 19 septembre 29 septembre 27 septembre
Fin des vendanges 2 octobre 27 septembre 14 octobre 5 octobre
Durée en jours entre...
Débourement et floraison 54 jours 63 jours 53 jours 60 jours
Floraison et véraison 63 jours 64 jours 65 jours 68 jours
Véraison et récolte 48 jours 48 jours 51 jours 50 jours

 

PARTICULARITES DU MILLESIME

MATURITE DES RAISINS ET RENDEMENT

La contrainte hydrique a été un facteur de concentration, mais comme elle s’est installée progressivement, la vigne n’a pas souffert excessivement. Le poids des baies a été très faible, ce qui se traduit par des rendements inférieurs à la moyenne. 2010 n’est pas une année chaude et les vins présentent beaucoup de fraîcheur et une qualité aromatique remarquable. La conjonction de ces conditions a permis de réaliser un très grand millésime.

Rendement    (hl/ha) Moyenne 96 - 14
Merlot 28,9 38,9
Cabernet Franc 30,3 34, 2

 

VINIFICATION ET ELEVAGE

Cheval Blanc n’a pratiqué aucune saignée ni aucun enrichissement en 2010.
Le Cheval Blanc 2010 contient 2% de vin de presse et a été élevé uniquement en fûts de chêne neufs durant 18 mois.
Un collage au blanc d’œufs a été pratiqué afin de fixer les particules en suspensions. 2 œufs par barrique ont été utilisés qui ont ensuite été séparé du vin par filtration.

 

ASSEMBLAGE

> Agrandir le parcellaire

 

 

 

Date de la mise en bouteille : 28 juin 2012.

Degré alcoolique 14, 5
Acidité Totale (g H2 S04/L) 3,0
Acidité Volatile (g H2 SO4/L) 0,43
pH 3,88
SO2 Total (mg/L) 99
Sucres réducteurs (g/L) 1,9
IPT (DO280) 87

 

Le 2010 est un millésime exceptionnel, promis à une très longue garde 

 

LA DÉGUSTATION

En 2010, les conditions climatiques ont permis de réunir toutes les qualités nécessaires à l’élaboration d’un très grand millésime. Une combinaison parfaite entre concentration, fraîcheur et finesse.

D’une robe rouge sombre et intense, Cheval Blanc 2010 offre un premier nez superbe d’intensité, très complexe et profond, typique d’un grand cabernet franc, marqué par la complexité des arômes fruités et la fraîcheur des arômes floraux. La figue fraiche, le cassis, la mûre, la cerise et la framboise se mêlent à des zestes de bergamote et de menthe. Après aération, c’est la fraîcheur florale qui prédomine par ses arômes nobles de violette.
En bouche, l’attaque est élancée et les tannins au grain fin, tout en longueur, se fondent dans la richesse et la densité d’un milieu de bouche plein et soyeux. Les arômes typiques d’un grand cabernet franc s’ouvrent sur des arômes de floraux, en particulier de violette, que seuls les plus grands vins de Bordeaux peuvent offrir. La finale, interminable, est d’une fraîcheur remarquable. La puissance et la richesse du millésime se trouvent ainsi préservés dans une gangue de fraîcheur délicate lui permettant de conserver un parfait équilibre entre concentration et finesse jusqu’à la finale.

Très complet et très complexe, son parfait équilibre permettra à ce millésime de vieillir admirablement, voire peut-être même de devenir éternel.