Année désastreuse, sans production de Cheval Blanc.
Le climat a eu raison de la viticulture cette année, la pluie et la fraîcheur n’ont donné qu’un piètre vin sans matière, vendu en vrac et commercialisé comme Saint-Emilion générique.

CONDITIONS CLIMATIQUES EN 1963

TEMPERATURES ET PRECIPITATIONS

D’avril à juillet, les températures ont été proches des normales avec notamment un beau mois de juillet. Mais ceci ne fut qu’illusion car les mois qui suivent furent catastrophiques. En effet, les mois d’août et septembre, mois de la maturation des raisins, ont été froids et extrêmement pluvieux avec respectivement 95 mm et 115 mm de pluie de plus que la normale !  Même si le mois d’octobre fut normal le mal était déjà fait…

REGIME HYDRIQUE DE LA VIGNE

Pour se développer idéalement, la vigne a besoin de subir un déficit hydrique progressif durant son cycle végétatif afin de permettre une concentration optimale des raisins. Les pluies abondantes de juin et plus encore les pluies historiques d’août et septembre ont amené une absence de contrainte hydrique. Ce facteur, important pour l’obtention d’un jus de première qualité, fera notamment défaut cette année.

PARTICULARITES DU MILLESIME

CYCLE DE LA VIGNE ET RENDEMENT

La pluie et la fraîcheur durant l’été n’ont pas permis l’obtention d’une récolte de qualité. A cause de ces conditions climatiques catastrophiques pour la viticulture, le millésime a été de piètre qualité à Cheval Blanc et il a été décidé de ne pas produire de Cheval Blanc.
Le rendement a été moyen. Le vin a été vendu en vrac à des négociants qui l’ont commercialisé sous l’appellation Saint-Emilion générique.

  Début Fin
Date des vendanges 1963 1er octobre 16 octobre
Moyenne 1946-2014 24 septembre 8 octobre

 

Rendement    (hl/ha) Moyenne 46 - 14
32,2 33,9