Une climatologie très favorable a permis en 1955 d’associer une très bonne qualité à un rendement assez élevé. Le vin est riche, puissant et d’une bonne sucrosité. Il étonne toujours par la structure de son bouquet. Récemment, il est ainsi arrivé sur le podium dans le classement collectif lors d’une dégustation verticale de millésimes de Cheval Blanc.

CONDITIONS CLIMATIQUES EN 1955

Le cycle végétatif a débuté avec un mois d’avril parfaitement sec (0 mm de pluie) et chaud puis il s’est poursuivi avec des mois de juin et juillet humides et chauds. La sécheresse reprend dès les mois d’août et septembre avec une forte chaleur pour le premier tandis que les températures moyennes de septembre donneront une certaine fraîcheur aux vins. 1955 est globalement un millésime chaud qui a bénéficié d’une fin de saison sèche.

REGIME HYDRIQUE DE LA VIGNE

Pour se développer idéalement, la vigne a besoin de subir un déficit hydrique progressif durant son cycle végétatif afin de permettre une concentration optimale des raisins. Les pluies abondantes de juin et juillet ont offert une quantité d’eau non limitante à la vigne. La sécheresse des mois d’août et septembre a permis d’atteindre une légère contrainte hydrique en fin de saison, bénéfique à la qualité du millésime. Le temps était très favorable au moment des vendanges.

PARTICULARITES DU MILLESIME

CYCLE DE LA VIGNE, RENDEMENT ET VINIFICATION

Le temps fut beau avec une quantité suffisante d’eau en début de saison pour le bon développement de la vigne. Une arrière-saison sèche a permis un déroulement de la maturation dans de très bonnes conditions.
Le degré alcoolique fut de 13°. Le rendement a été élevé pour l’époque : 42 hl/ha. Le millésime 1955 a été élevé dans des barriques de 6 ans.

  Début Fin
Date des vendanges 1955 20 septembre 6 octobre
Moyenne 1946-2014 24 septembre 8 octobre

 

Rendement    (hl/ha) Moyenne 46 - 14
42,2 33,9

 

LA DÉGUSTATION

Un millésime étonnant, tant par son bouquet toujours développé que par son mariage réussi car équilibré entre concentration et finesse.
Un grand vin, soyeux et savoureux, plus vif que l’excellent 1953, qui prouve que rendements importants (42 hl/ha) peuvent parfois se conjuguer avec grandes qualités aromatiques grâce à une saison sèche au début du printemps et à la fin de l’été et durant les vendanges.
Extrêmement plaisant, il est toujours recherché par les collectionneurs avides de bonnes surprises.